Vous devez activer les cookies pour accéder à ce site.

Cartothèque

Carte interactive du Réseau des zecs

Zecs Québec maintient une base de données de l’ensemble des sites d’intérêts fauniques (SIFZ) et des traverses de cours d’eau (ponts et ponceaux) sur le territoire des 63 zones d’exploitation contrôlée (zec) du Québec. Les données ont été récoltées dans le but d’intégrer les enjeux fauniques des zecs en amont du processus de planification forestière. Le travail de collecte de données se poursuit et la mise à jour des données est faite en continu. Cependant, la quantité de données récoltées peut varier d’une zec à une autre.

La mise en place de la carte interactive a également pour but d’informer la population des services et des activités disponibles dans les zecs afin de faciliter l’accès de la population à la ressource et au territoire.

Données de nature publique

La majorité des données recueillies sont de nature publique et peuvent être visualisées sur la présente carte. Ces données incluent :

  • - Postes d'accueil
  • - Locations d'embarcations (ex. chaloupes)
  • - Campings (aménagés, rustiques)
  • - Pêche à gué (ex. fosses)
  • - Circuits de canot-camping
  • - Hébergement locatif (ex. chalets)
  • - Plages publiques
  • - Sentiers motorisés (VTT, motoneige)
  • - Attraits (ex. belvédères)
  • - Sentiers récréatifs (pédestre, vélo, etc.)
  • - Rampes de mise à l'eau
  • - Barrages aménagés
  • - Prises d'eau
  • - Lacs (ensemencés, à la mouche)
  • - Traverses de cours d'eau (ex. ponceaux)

Ces données peuvent être téléchargées gratuitement sur le portail Données ouvertes Réseau Zec.

Métadonnées

Cliquez ici pour obtenir le fichier de métadonnées avec tous les détails concernant les données. Ce fichier inclut des notes pour faciliter l'utilisation des données et les détails de toutes les variables des couches disponibles.

Icônes

Cliquez ici pour télécharger un fichier contenant les icônes de la carte interactive web.

Données de nature sensible

Une portion des données de zecs contient des informations sensibles qui ne sont pas d’intérêt public. Ces données incluent :

  • - Habitat du cerf de Virginie
  • - Habitat du caribou
  • - Habitat d'autres espèces
  • - Habitat de l'orignal
  • - Habitat de la sauvagine
  • - Aménagements aquatiques (ex. frayères)

La couche d'information des habitats fauniques est disponible gratuitement via Données Québec.

Prendre note que l'accès aux données relatives aux aménagements aquatiques est limité et doit, au préalable, faire l’objet d’une analyse avant d’être acceptée ou refusée. Pour obtenir les données, veuillez communiquer avec Zecs Québec par téléphone au (418) 527-0235 ou par courriel, à info@reseauzec.com en précisant quelles couches de données vous aimeriez avoir et préciser à quelle fin serviront les données.

Avis légal

Toute personne ayant obtenu ou ayant accès aux données d'aménagements aquatique s’engage à ne pas transmettre ou diffuser ces données sans l’autorisation de Zecs Québec.

Cartes pour appareil mobile

Désormais, Zecs Québec offre des cartes géoréférencées pour les 63 zecs de chasse et de pêche. Utilisées conjointement avec l’application Avenza Maps, ces cartes permettent aux utilisateurs de connaître leur position en temps réel sur le territoire d’une zec, sans avoir besoin d’une connexion internet ou qu’un signal Wi-Fi soit requis.

Installation de l'application Avenza Maps

Pour bénéficier de ce service gratuit, votre appareil (tablette ou téléphone intelligent) doit, au minimum, être muni d’une puce GPS. Avant de pouvoir visualiser une carte, vous aurez besoin d’installer l’application Avenza Maps sur votre appareil. Que ce soit pour les appareils Apple (iOS) ou ceux avec système d’exploitation Android, il vous faudra télécharger l’application Avenza Maps depuis l’App Store ou Google Play, respectivement.

Téléchargement d'une carte

Une fois l’installation terminée, vous pourrez faire une recherche dans la boutique Avenza pour télécharger l'une des 63 cartes géoréférencées offertes gratuitement par Zecs Québec. À l’échelle de 1:40 000, chaque carte couvre l’ensemble du territoire d'une zec.

Application Avenza Maps

Afin de mieux saisir comment fonctionne cette solution gratuite, vous êtes invité à visionner la vidéo suivante.

Avec l’application Avenza, vous avez toutes les cartes en main !

Système de coordonnées what3words

Les utilisateurs d'Avenza Maps du monde entier peuvent rechercher des adresses what3words précises, directement dans l'application Avenza Maps, ce qui rend encore plus facile l'exploration de nouvelles destinations sur toute la planète. Avenza Maps est également très utilisée par les professionnels, notamment les travailleurs forestiers, les pompiers et les équipes de recherche et de sauvetage, pour la localisation, le traçage et l'enregistrement de repères, de photos et autres informations. Utilisez what3words lorsque vous définissez des points de repère précis, lorsque vous marquez vos lieux favoris le long des sentiers de randonnée, lorsque vous identifiez des lieux et, dans des situations extrêmes, lorsque vous signalez une localisation précise à des sauveteurs potentiels, tout cela en utilisant Localisation - Facilité d'utilisation - Sécurité.

what3words est une façon très simple de parler de localisation géographique. Le système a divisé la carte du monde en carrés de 3 mètres de côtés, et chaque carré a été défini par une combinaison unique faite de 3 mots du dictionnaire. Le principe est exactement le même que les coordonnées géographiques, en plus simples. Les adresses en 3 mots sont faciles à dire et à partager. L'utilisation de what3words dans Avenza Maps est aussi simple que d'ouvrir une carte pour visualiser votre emplacement exact ou tout autre emplacement, et ce même hors ligne. De plus, l'utilisation de what3words est compatible avec CAUCA, le centre d'expertise multiservice qui dessert près de 560 municipalités au Québec. Pour connaître la desserte des centres d'appels d'urgence du Québec, consultez la carte interactive de Données Québec.

Afin de mieux saisir comment fonctionne cette solution gratuite, vous êtes invité à visionner la vidéo suivante.

Cartes de caractérisation de l'habitat du gibier

Le plus grand défi de la chasse au gros gibier est souvent de localiser le gibier lui-même. Une bonne connaissance de la biologie de l’animal et du territoire de chasse est essentielle. Bien qu’il existe plusieurs articles, de nombreuses vidéos et différentes formations qui décrivent les besoins en habitats des gros gibiers que l’on chasse au Québec, la principale contrainte sera toujours la connaissance du territoire.

Même si la prospection demeure le meilleur outil pour connaître les caractéristiques d’un territoire, cette activité demande beaucoup de temps et d’énergie. Plusieurs années sont souvent nécessaires avant d’avoir une bonne connaissance d’un territoire donné.

Les cartes sont un outil très efficace pour obtenir plusieurs informations. Cependant, elles ont toutes des inconvénients et des limitations selon leur type (topographique, écoforestière, indice de qualité d’habitat, etc.).

Au fil des ans, le Réseau des zecs a acquis une solide expertise en biologie ainsi qu’en aménagement de la faune. Zecs Québec a élaboré, pour les 63 zecs de chasse et pêche, les cartes iFaune.

Plus précisément, il s’agit de cartes hybrides qui regroupent les avantages des cartes écoforestières et topographiques. Elles identifient, de façon simple et efficace, le relief du terrain, les cours d’eau, les milieux humides, les peuplements écoforestiers ainsi que différentes infrastructures, dont les chemins (selon leur carrossabilité), les campings et les hébergements.

Les cartes iFaune ont été conçues spécialement pour l’usage des chasseurs afin de les accompagner lors de leur prospection du territoire. Avec un minimum de connaissances des besoins biologiques du gibier (couvert d’abri, alimentation), les cartes iFaune vous permettront de mieux comprendre le terrain et ainsi déceler les endroits propices pour localiser le gibier recherché.

Le Réseau Zec est fier de désormais offrir, pour les 63 zecs de chasse et pêche, les cartes iFaune. À l’échelle de 1:40 000, chaque carte couvre l’ensemble du territoire d'une zec. Elles sont disponibles sur la boutique Avenza, à un tarif avantageux.

Comprendre la sélection d'habitats

Afin de comprendre comment un animal va sélectionner son habitat, il faut comprendre ses besoins biologiques. Règle générale, les animaux ont besoin de nourriture et d’un endroit où ils se sentent en sécurité et à l’abri. De plus, il est important de comprendre que les besoins alimentaires et d’abri varient d’un animal à l’autre, et qu’ils peuvent changer selon les saisons. Il faudra donc adapter votre stratégie de chasse, afin de tenir compte des besoins biologiques saisonniers du gibier.

Orignal et ours noir

Les cartes iFaune pour l'orignal et l'ours sont disponibles sur la boutique Avenza, au tarif avantageux de 29,99$. La mise à jour annuelle est offerte au tarif de 19,99$.

Sélection d'habitats chez l'ours noir

La chasse à l’ours noir (Ursus americanus) se déroule généralement le printemps, peu de temps après que les ours soient sortis de leur hivernation. Les ours noirs sont omnivores et opportunistes. Ils adaptent leur régime alimentaire en fonction de ce qui est disponible et peuvent se nourrir d’une grande quantité d’éléments. Donc, plus la biodiversité d’un milieu est élevée, plus ils auront de possibilités alimentaires. Cherchez donc un secteur qui offre une mosaïque d’habitats, où l’ours pourra s’alimenter, se déplacer et se réfugier.

Sites de nourriture

Lorsqu'il sort de sa tanière, l’ours ne cherche pas à se gaver tout de suite. Il doit d’abord perdre son bouchon fécal qu’il l’a aidé avec son jeûne tout au long de l’hiver. Pour évacuer ce bouchon, l’ours doit boire beaucoup, en plus de manger de jeunes plantes et des bourgeons qui agiront comme laxatifs. Les forêts feuillues ou mélangées sont un bon milieu pour trouver ce genre de nourriture, surtout en présence de peupliers.

Un étang de castor est également une source potentielle de nourriture, en raison de la diversité de plantes qui poussent en bordure, et du castor lui-même. Les anciens chemins forestiers, désormais refermés, sont aussi des garde-mangers intéressants puisqu'ils peuvent produire du gazon, des petits fruits, des petites plantes herbacées telles que du plantain et des pissenlits, ainsi que de jeunes arbres feuillus.

Couvert d'abri

Au niveau du confort, l’ours recherche de la fraîcheur. En juin, son épais pelage noir chauffe rapidement au soleil. Il va donc rechercher des forêts matures offrant un couvert ombragé. Les ruisseaux et les milieux humides peuvent aussi offrir une source de fraîcheur au printemps. Puisque la chasse à l’ours s’effectue généralement en fin de journée, un site orienté vers l’est d’une montagne verra le soleil se cacher plus tôt en soirée, offrant donc un répit de cette source importante de chaleur.

Pour se déplacer, les ours vont souvent utiliser des coulées avec, idéalement, un petit ruisseau. Installer un site d’affût à proximité ou à la croisée de ce corridor de déplacement peut améliorer la probabilité qu’un ours trouve votre appât.

Sélection d'habitats chez l'orignal

À l’automne, la chasse à l’orignal (Alces alces) est reconnue comme une activité très prisée autant par les amateurs expérimentés (mordus) que par les nouveaux adeptes (relève). Au cours de l’année, l’orignal fréquentera différents sites pour se nourrir et se reproduire tout en minimisant les effets néfastes des conditions climatiques défavorables et les risques de prédation.

Les orignaux vont souvent utiliser les secteurs où il y a un entremêlement de sites de nourriture et de couvert d’abri. C’est ce qu’on appelle l’effet de bordure. Afin d’augmenter votre succès de chasse, ciblez un secteur qui offre à l’orignal la possibilité de s’alimenter, en plus de pouvoir se reposer à proximité.

Sites de nourriture

L’été, l’orignal sélectionne les milieux humides, pour leur fraîcheur et l’apport en sodium qu’offrent les plantes aquatiques. Avant le début de la saison de chasse, ils délaissent ces types d’habitats.

En septembre et octobre, les orignaux vont davantage se nourrir des dernières feuilles vertes ou encore des jeunes ramilles de feuillus (brouts). Les forêts mélangées ou feuillues, surtout celles composées de peupliers, d’érables ou de bouleau jaune offrent une quantité importante de nourriture automnale aux orignaux. Les forêts en régénération qui offrent ces essences sont aussi un excellent garde-manger automnal, par la quantité de jeunes ramilles accessibles, ainsi que par la présence de plantes résistantes au froid, tels les framboisiers.

La présence d’un ruisseau (intermittent) peut être un bon endroit pour installer une saline, puisque le sol sera généralement humide et meuble.

Couvert d'abri

L’orignal recherche un couvert d’abri pour deux raisons. Tout d’abord, les orignaux supportent mal les températures supérieures à 14°C et doivent se rafraîchir lors des journées chaudes et ensoleillées. À l’automne, il est possible que les orignaux se réfugient dans des forêts matures mélangées ou résineuses, surtout celles à dominance de sapins baumier ou d’épinettes noires.

En second lieu, les orignaux ont besoin d’un couvert forestier pour se cacher de la présence humaine, particulièrement lorsque la pression de chasse est importante. Ils fréquenteront donc des forêts plus denses, tel que de jeunes massifs de résineux qui sont à l’écart des chemins, car ceux-ci facilitent l’accès au territoire et, par conséquent, la chasse de l’orignal.

Cerf de Virginie

Les cartes iFaune pour le cerf de Virginie sont disponibles sur la boutique Avenza au tarif avantageux de 23,99$. La mise à jour annuelle est offerte au tarif de 14,99$.

Sélection d’habitats du cerf de Virginie

Pratiquée à la fin de l’automne, la chasse au cerf de Virginie (Odocoileus virginianus) se déroule souvent en conditions quasi hivernales. Les températures froides ainsi qu’un couvert de neige peut grandement influencer cette chasse puisque le gibier changera son comportement et favorisera une sélection d’habitats hivernale plutôt qu’estivale.

Sites de nourriture

Le printemps et l’été, le régime alimentaire du cerf de Virginie se compose de feuillage provenant de plantes ligneuses, de graminées, d’herbacés et de plantes à feuilles larges. Des jeunes forêts, surtout en régénération, offriront donc un vaste choix de nourriture accessible au cerf. L’automne, presque toute la verdure brunit et s’assèche; le cerf doit alors s’alimenter avec les rameaux et bourgeons à sa portée. Le cerf apprécie particulièrement les diverses espèces d’érables. Les ramilles de quelques conifères tel le thuya occidental et la pruche de l’Est sont aussi consommées, surtout à l’automne et l’hiver lorsque la qualité nutritive des feuillues diminue. 

Couvert d'abri

Lorsque la température diminue de manière importante et que la neige s’accumule au sol, le cerf cherchera davantage à se réfugier grâce à un couvert d’abri. Les peuplements résineux ou mélangés peuvent offrir des microclimats favorables au cerf. Lorsque cette forêt est jeune, une plus grande proportion des ramilles, de tiges et de bourgeons sont à la portée du cerf et peuvent donc servir de nourriture en plus d’abri. Cette combinaison d’abri et de nourriture est importante et permet au cerf de se réfugier et de survivre dans des conditions météorologiques plus difficiles. Lorsqu’il est bien situé, un peuplement de quelques hectares seulement peut être suffisant pour fournir l’abri nécessaire à un cerf. En effet, si un peuplement d’abri est entouré d’une nourriture abondante, un cerf pourra s’accommoder de moins d’une dizaine d’hectares pour passer l’hiver. Afin de minimiser la dépense énergétique, la proximité de peuplements d’abri et de nourriture est un facteur déterminant pour le cerf en hiver.

Petit gibier

Les cartes iFaune pour le petit gibier sont disponibles sur la boutique Avenza au tarif avantageux de 14,99$. La mise à jour annuelle est offerte au tarif de 9,99$.

Le petit gibier - gélinotte huppée et tétras du Canada

La chasse au petit gibier peut se faire sur une base quotidienne ou lors d’un séjour prolongé. Très accessible comme chasse puisqu’elle demande peu de préparations ou d’équipement, elle est souvent utilisée pour initier des nouveaux chasseurs. Souvent pratiquée en famille ou entre amis, la chasse aux petits gibiers se fait souvent à partir de chemins forestiers, mais peut également se faire sur des sentiers pédestres ou même en pleine forêt. 

Sélection d’habitats de la gélinotte huppée

On retrouve la gélinotte huppée (Bonasa umbellus) là où il y a des massifs de feuillus dispersés entre des conifères, endroit où elle trouve nourriture et couvert de protection à proximité. Elle fréquente principalement les forêts mélangées où dominent les feuillus, surtout les peupliers et les bouleaux.

Au printemps, de la mi-avril à la mi-mai, les mâles attirent les femelles pour la reproduction en émettant un son sourd et saccadé à l’aide de battements d’ailes rapides appelés tambourinage. Ce tambourinage se fait plus fréquemment dans des peuplements feuillus ou mélangés à dominance feuillue, composés principalement de peupliers ou de bouleaux. La qualité et la disponibilité de l’habitat de tambourinage déterminent en bonne partie l’abondance des mâles reproducteurs et donc la taille de la population. Pour le reste de l’année, le mâle occupe l’habitat entourant le site de tambourinage, et ce, sur environ 400 m autour de celui-ci.

Pour la nidification, la femelle utilise préférentiellement des peuplements feuillus ou mélangés matures. Peu après l’éclosion, la femelle quitte l’habitat de nidification, accompagnée de sa couvée, et transite vers un habitat plus dense que celui du site de nidification, constitué de peuplements de jeunes essences feuillues et présentant un couvert d’herbacées également dense.

À l’automne, les jeunes de l’année vont se disperser jusqu’à 10-12 km de leur lieu de naissance et même plus loin dans les habitats de mauvaise qualité. C’est à ce moment qu’ils deviendront plus nerveux et agressifs entre eux. À l’approche de l’hiver, la gélinotte huppée recherche un habitat qui offre un couvert de protection adéquat contre les intempéries et les prédateurs, tout en lui fournissant une nourriture adéquate. Les peuplements mélangés ou résineux matures, idéalement localisés près de peuplements matures dominés par les feuillus, semblent être les plus propices pour la gélinotte huppée en cette période de l’année.

Sélection d’habitats du tétras du Canada

Le tétras du Canada (Falcipennis canadensis) vit surtout dans des forêts de conifères, de préférence les peuplements forestiers dominés par l’épinette où la strate arbustive est dense et recouvre une partie importante du sol. Il a un petit domaine vital et est très fidèle à son aire d’hivernage. Les adultes, surtout sans oisillons, se déplacent très peu au courant de l’année. Un endroit qui offre, dans un petit rayon, un habitat propice à la nidification, une bonne alimentation et un couvert hivernal sera donc probablement sélectionné par ce petit gibier. 

Au printemps, lors de la nidification et de l’élevage des couvées, les tétras vont opter pour les milieux plus ouverts comme des milieux humides ou des forêts en régénération. Ces endroits sont sélectionnés pour leur fort couvert arbustif qui permet de cacher les nids au sol et la disponibilité de nourriture. 

Lorsque les jeunes sont en mesure de voler, ils vont se déplacer vers leur habitat préférentiel, soit les forêts dominées par des espèces résineuses qui offrent à la fois une bonne alimentation et le couvert nécessaire. À l’automne, le tétras a une préférence particulière pour les mélèzes. Les épines souples permettent au système digestif du tétras de transitionner entre sa diète estivale variée (qui inclus des petits fruits et des petites plantes) vers sa diète hivernale (composée exclusivement d’aiguilles et de bourgeons de conifères).

Cartes des sentiers fédérés dans les zecs

Depuis 2019, la Fédération québécoise des clubs quads (FQCQ) a conclu une entente avec plusieurs zecs de chasse et de pêche afin que les membres des clubs quads puissent circuler gratuitement sur le sentier fédéré.

Le site web de la FQCQ vous permet d'ailleurs de télécharger gratuitement les cartes PDF des zecs sur lesquelles se situe le sentier fédéré.

IMPORTANT

Les quadistes, même s’ils n’ont plus à payer de frais pour utiliser le sentier fédéré situé sur une zec, devront continuer de s’enregistrer à l’entrée et à la sortie de chaque zec. Les quadistes pourront circuler gratuitement dès la fin du dégel (selon la période normale de dégel), à partir du 15 mai.

Espace gestionnaire

© 2021 Réseau Zec, Inc. Tous droits réservés.

Création site web par

Suivez le Réseau Zec