Vous devez activer les cookies pour accéder à ce site.

Les activités

Pêche

  • Votre permis de pêche provincial
  • Vous enregistrer et payer votre droit de pêche et de passage au poste d'accueil
  • Déclarer et peser vos prises à la sortie

Le saviez-vous ?

La pêche est gratuite pour les enfants de 17 ans et moins accompagnés d'un adulte !

*Contactez votre zec pour savoir si cette promotion s'applique et pour les conditions

Aussi appelé truite mouchetée, l’omble de fontaine (Salvelinus fontinalis) est l’espèce la plus pêchée par les pêcheurs sportifs du Québec. Près d’un million d’ombles de fontaine sont capturés par année à travers le réseau des zecs, ce qui représente 80 % des captures totales. C’est une espèce vigoureuse au bout de la ligne et à la chaire délicieuse. Ce salmonidé est idéal pour initier la relève et elle se retrouve autant dans les petits ruisseaux que les grands plans d’eau. Le leurre de prédilection des pêcheurs reste sans nul doute le vers de terre, mais il est également possible de capturer cette espèce à la mouche alors qu’elle s’alimente en surface.

Le touladi (Salvelinus namaycush) est communément appelé truite grise ou encore truite de lac. Moins pêché que sa cousine l’omble de fontaine, 10 000 touladis sont capturés annuellement dans les zecs. On retrouve principalement cette espèce dans les lacs profonds du territoire québécois. Elle a donc besoin d’une eau froide, claire et bien oxygénée. Ce poisson peut également atteindre une taille impressionnante! 

Ce sont autour de 75 000 dorés jaunes (Sander vitreus) qui sont pêchés annuellement dans les zecs. Le doré constitue la deuxième espèce la plus populaire après l’omble de fontaine. Cette espèce est reconnue pour la qualité de sa chair blanche et son goût très doux! Pour capturer le doré, les pêcheurs ont l’habitude de présenter leur dandinette (jig) au fond des fosses des lacs au levé et au coucher du soleil. Cette espèce cohabite souvent avec le Grand brochet. 

Le Grand brochet (Esox lucius) connu sous le simple nom de brochet est un prédateur au sommet de la chaine alimentaire pouvant atteindre une taille impressionnante. Il donne un bon combat aux pêcheurs. Méfiez-vous cependant de ses dents acérées. Le brochet est souvent boudé par les pêcheurs, car plusieurs arêtes se glissent dans les filets. Pourtant, une fois la méthode de filetage maitrisée, sa chair blanche sans arêtes est délicieuse et très appréciée. Néanmoins, ce sont près de 15 000 brochets qui sont pêchés à travers le réseau des zecs!

Au Québec, on retrouve l’achigan à petite bouche (Micropterus dolomieu) et l’achigan à grande bouche (Micropterus salmoides). Son nom dérive de l’algonquin et qui veut dire « celui qui se bat ». Pas besoin de vous expliquer pourquoi l’achigan est aussi populaire par les pêcheurs sportifs! Ces espèces consomment un large éventail de proies, notamment d’autres poissons. Présentez-y votre leurre et vous verrez que son attaque est foudroyante! Néanmoins, son exploitation dans les zecs est marginale.

L’omble chevalier (Salvelinus alpinus) est souvent surnommé truite rouge. Cette espèce ressemble beaucoup à l’omble de fontaine, mais s’en distingue par sa nageoire caudale légèrement fourchue, l’absence de mouchetures sur le dos et la nageoire dorsale ainsi que l’absence de ligne noire bordant intérieurement la ligne blanche des nageoires pectorales, anales et pelviennes. En fait, elle cohabite souvent dans le même plan d’eau. On retrouve néanmoins l’omble chevalier dans les parties centrales et profondes des lacs, tandis que l’omble de fontaine occupe la partie littorale. Seulement 1000 à 1500 ombles chevaliers sont capturés par années à travers le réseau. 

Issu d’un croisement entre l’omble de fontaine et le touladi, l’omble moulac jouit d’une croissance rapide et il est le parfait intermédiaire entre ses deux parents. L’ensemencement de cette espèce a pour but de diversifier l’offre de pêche sur une zec ou de rétablir une certaine qualité de pêche sur des plans d’eau. Il s’agit d’une espèce vigoureuse qui engendre de belles prises.

La truite arc-en-ciel (Oncorhynchus mykiss) n’est pas indigène du Québec. Son exploitation provient des efforts d’ensemencement depuis la fin du 19e siècle. Cette espèce est utilisée principalement pour répondre à une demande de pêche sportive. Sa croissance est rapide et son goût est apprécié par les pêcheurs.

La perchaude (Perca flavescens) est un représentant de la famille des percidés, au même titre que le doré. Cette espèce de plus petite taille est davantage recherchée pour le goût de sa chair que pour ses qualités sportives. Néanmoins, cette espèce est assez facile à capturer la rendant idéale pour initier la relève. Présentez-lui un vers de terre comme pour l’omble de fontaine ou tout simplement à la ligne morte et elle saura mordre à l’appât.

La ouananiche (Salmo salar) est un saumon atlantique qui vit exclusivement en eau douce. Ce salmonidé est combatif et peut atteindre une bonne taille. On retrouve cette espèce dans les zecs entre autres par son introduction dans plusieurs plans d’eau dans le passé.

Le poisson aux 1000 lancers! Le maskinongé (Esox masquinongy) est difficile à attraper, mais lorsqu’on en tient un au bout de la ligne, il offre un combat redoutable. On distingue le maskinongé du grand brochet par ses taches foncées sur son corps pâle. 

La truite brune (Salmo trutta) est originaire d’Europe et d’Asie. Elle a donc été introduite au Québec et aujourd’hui, des ensemencements de cette espèce ont lieu afin de soutenir la pêche. Cette truite vit plus longtemps que ses espèces cousines. Elle a tendance à posséder une taille supérieure. Elle constitue donc une espèce intéressante à viser.

La pêche à gué consiste à lancer notre ligne à pêche à partir de la rive. Cette approche est simple et n’utilise pas d’embarcation afin de trouver les poissons. Les zecs ont localisé et aménagé certains sites prometteurs pour ce type de pêche. Il est parfois judicieux de se munir de bottes de pluie et de cuissardes.

Plus de 400 sites répertoriés à ce jour. Découvrez-les!                              

Plusieurs plans d’eau sont restreints uniquement à la pêche à la mouche. C’est une méthode qui requiert une canne adaptée pour utiliser une soie et des mouches artificielles comme leurres. Ce type de pêche est adapté pour l’omble de fontaine, car il arrive fréquemment de voir cette espèce se nourrir en surface lors d’éclosion d’éphémères.

Plus de 180 lacs réservés spécifiquement pour cette activité! 

Pour pêcher dans les zecs, il est possible d’apporter votre équipement ou même de louer une embarcation! Les zecs ont aménagé des rampes de mise à l’eau pour pouvoir accéder aisément au plan d’eau. Il est donc facile d’y reculer avec notre remorque à bateau ou pour y débarquer toute autre embarcation. Sur certains plans d’eau, les zecs mettent à votre disposition des embarcations en location.

Finalement, il n’y a aucune raison qui empêche quiconque d’aller pêcher! Trouvez les zecs et plans d’eau où l’on retrouve ces commodités en utilisant notre outil de recherche dans la carte interactive.

La pêche blanche, aussi appelée pêche sur glace, est un type de pêche sportive accessible dans le réseau des zecs. Cette approche consiste à percer des trous dans la glace afin d’y installer des brimbales ou d’y présenter une canne à pêche. La carte interactive vous permet de trouver une zec qui offre cette activité et vous pourrez profiter de la nature dans toute sa splendeur hivernale.

 

  QUOTIDIEN ANNUEL
Tarif maximum de pêche 28,65$ 162,98$

* Une zec peut, majorer le montant des droits exigibles qu’il établit pour un non-résident, jusqu’à concurrence du double de celui qu’il établit pour un résident.

** Gratuité pour les enfants de 17 ans et moins accompagnés d'un adulte. Contactez votre zec pour plus de détails et savoir si cette promotion s'applique.

On retrouve 16 480 lacs et 298 rivières dans le Réseau zec. Chaque année, environ un million d'ombles de fontaine sont capturés. Voilà une raison pour laquelle les gestionnaires de zecs ont recours à diverses stratégies de gestion de la faune aquatique. Celles-ci peuvent être propres à un plan d’eau. Par exemple, les zecs peuvent réduire la limite quotidienne de prise et possession, différer l’ouverture de la pêche, modifier les engins de pêche, restreindre la gamme de taille, avoir recours à des ensemencements ou encore fermer un lac afin de protéger la ressource.

 

Plusieurs zecs font une gestion fine de l'exploitation de leurs plans d'eau. Tu dois donc t'informer des modalités particulières applicables sur certains plans d'eau. Entres autres, pour connaître les lacs fermés, les lacs réservés à la pêche à la mouche, les possibilités de pêche blanche, les lacs ensemencés, ceux qui possèdent un accès via une rampe de mise à l'eau ou encore la possibilité de louer une embarcation. À noter que les lacs qui sont attribués par tirage au sort sont rares. Le statut des lacs est facilement accessible via notre carte interactive.

 

Pour expérimenter le bonheur de pêcher au Québec. Découvrez, apprenez et essayez la pêche en cliquant sur ce lien

Vivez l'expérience de pêche dans une zec dans le confort de votre salon. Nos nouvelles émissions en réalité virtuelle vous donneront un avant-goût de ce que pourrait être votre aventure dans l'une des 63 zecs du Réseau Zec. Les émissions sont disponibles sur www.campdebase360.com ou encore sur YouTube.

 

Découvrez d’autres activités offertes par le Réseau Zec

Camping

Hébergement

Chasse

Plein air

Espace gestionnaire

© 2021 Réseau Zec, Inc. Tous droits réservés.

Création site web par

Suivez le Réseau Zec